Deuxième trouble sanitaire après les mammites, les boiteries sont pourtant trop peu prises en considération. Sans doute parce qu’elles ne sont pas toujours faciles à identifier et à mesurer. Retrouver nos conseils ci-dessous pour les identifier.

La boiterie est un signe clinique qui apparaît à la suite d’un ou des troubles de l’appareil locomoteur : affection du pied, affection musculaire… C’est un mouvement réflexe par lequel l’animal soulage la douleur.

De 130 € à 880 € de pertes selon la gravité

Bien différencier les boiteries infectieuses et non-infectieuses.

Plusieurs facteurs sont à l’origine d’une boiterie (trouble multifactoriel). Il est donc important de mener une investigation globale au niveau de l’élevage pour identifier les causes : ration, bâtiment, propreté, observation des onglons…

La boiterie touche 73 % des élevages et une vache sur trois (15 à 50 % selon les troupeaux). C’est le 2e trouble sanitaire en fréquence après les mammites, (enquête ADquation 2018). Ses impacts négatifs concernent aussi bien les performances zootechniques (chute de production de lait, problèmes de reproduction…) que les performances économiques des élevages (cf graphique 1). Le coût d’une boiterie modérée est estimé à 375 €. Il atteint 880 € pour les cas les plus sévères.

La boiterie est due à une affection du pied dans la très grande majorité des cas. 57 % des boiteries sont situées sur l’onglon externe des pieds postérieurs. Ce constat s’explique par la répartition plus importante du poids de l’animal à ce niveau.

Les boiteries d’origine podale sont associées à 7 lésions principales, couramment classées en deux catégories :

  • les lésions infectieuses : fourchet, maladie de Mortellaro, panaris, abcès de la sole
  • les lésions non-infectieuses : bleime diffuse, ouverture de la ligne blanche, ulcère de la sole.

Observer les vaches pour identifier les boiteries en élevage.

Quelques simples observations permettent de détecter si une vache boite ou non. L’UMT Maitrise de la Santé des troupeaux bovins a mis en place un système de notation sur trois critères (2014) :

  • le soulagement du pied
  • la qualité des aplombs postérieurs
  • la ligne de dos

Les postures sont classées en trois catégories (cf schéma observation cornadis) :

  • posture saine : les pieds posent bien au sol, la ligne de dos est droite et les membres postérieurs sont parallèles
  • posture « atteinte modérée » : les pieds posent bien au sol mais il y a une légère rotation des membres postérieurs et la ligne du dos est arquée.
  • posture « atteinte sévère » : suppression d’appui d’un des pieds ou appui en pince ou rotations importantes des pieds postérieurs

Si vous repérez une vache boiteuse, levez le pied pour identifier l’origine de la boiterie. Un parage curatif peut être réalisé, l’intervention d’un expert est fortement recommandée.

Partager sur :