Neolait, la force d’une expertise de proximité.

11 décembre 2020

Les boiteries : un trouble sous-estimé et trop peu mesuré

Deuxième trouble sanitaire après les mammites, les boiteries sont pourtant trop peu prises en considération. Sans doute parce qu’elles ne sont pas toujours faciles à identifier et à mesurer. Retrouver nos conseils ci-dessous pour les identifier.

La boiterie est un signe clinique qui apparaît à la suite d’un ou des troubles de l’appareil locomoteur : affection du pied, affection musculaire… C’est un mouvement réflexe par lequel l’animal soulage la douleur.

De 130 € à 880 € de pertes selon la gravité

Bien différencier les boiteries infectieuses et non-infectieuses.

Plusieurs facteurs sont à l’origine d’une boiterie (trouble multifactoriel). Il est donc important de mener une investigation globale au niveau de l’élevage pour identifier les causes : ration, bâtiment, propreté, observation des onglons…

La boiterie touche 73 % des élevages et une vache sur trois (15 à 50 % selon les troupeaux). C’est le 2e trouble sanitaire en fréquence après les mammites, (enquête ADquation 2018). Ses impacts négatifs concernent aussi bien les performances zootechniques (chute de production de lait, problèmes de reproduction…) que les performances économiques des élevages (cf graphique 1). Le coût d’une boiterie modérée est estimé à 375 €. Il atteint 880 € pour les cas les plus sévères.

La boiterie est due à une affection du pied dans la très grande majorité des cas. 57 % des boiteries sont situées sur l’onglon externe des pieds postérieurs. Ce constat s’explique par la répartition plus importante du poids de l’animal à ce niveau.

Les boiteries d’origine podale sont associées à 7 lésions principales, couramment classées en deux catégories :

Observer les vaches pour identifier les boiteries en élevage.

Quelques simples observations permettent de détecter si une vache boite ou non. L’UMT Maitrise de la Santé des troupeaux bovins a mis en place un système de notation sur trois critères (2014) :

Les postures sont classées en trois catégories (cf schéma observation cornadis) :

Si vous repérez une vache boiteuse, levez le pied pour identifier l’origine de la boiterie. Un parage curatif peut être réalisé, l’intervention d’un expert est fortement recommandée.

Partager cet article :

Galerie vidéos

La gestion de l’amidon dans les rations

Découvrez notre toute nouvelle vidéo et les nouveautés produits sur la valorisation de l’amidon dans la ration.

Play

Présentation de Neolait

Retrouvez notre vidéo de présentation : notre métier, nos engagements, nos équipes.

Play

Nouveauté : bolus Dietevit™ Prepalac 3.5

Découvrez le nouveau bolus Dietevit™ Prepalac 3.5 destiné au démarrage de la lactation.

Play

Néomix Optiflore

Néomix Optiflore permet d’avoir une meilleure gestion du risque d’acidose en comparaison au bicarbonate de sodium.

Play

Néolysa HD

Plus qu’un hépato, c’est une Néolysa.

Play

Adaptomix

Adaptomix, votre minéral sur mesure en quelques clics.

Play

Dietevit Vitalité 1.40

Dietevit Vitalité 1.40, le premier bolus bi-phase du marché.

Play