Les mammites concernent 40 % des vaches en lactation, ce qui en fait la 1re pathologie des élevages laitiers français. Avec un impact significatif sur les performances techniques et économiques. On estime qu’une mammite clinique entraîne en moyenne une perte de 235 kg de lait, sur la lactation en cours… et qu’elle coûte 187 €.

Une mammite est une inflammation de la glande mammaire d’origine infectieuse dues à des bactéries. Parmi les diverses voies de contamination, on distingue deux principaux profils chez la vache laitière :

Lors d’une infection, la vache réagit via son système immunitaire : ce sont les cellules somatiques que l’on retrouve dans le lait. Leur nombre augmente dans des proportions plus ou moins importantes selon le pathogène rencontré. On distingue deux types de mammites : les mammites cliniques, qui se traduisent par des symptômes visibles. Et les mammites subcliniques, dont l’expression se limite à l’augmentation du taux cellulaire dans le lait.

Six points pour maîtriser les mammites

Pour prévenir les mammites, il est recommandé de suivre les 6 points clés suivants :

  1. Diagnostiquer l’origine des infections : réservoir mammaire, réservoir environnemental, tarissement, primipares
  2. Vérifier les équilibres de la ration et les apports minéraux : déficit, excès, troubles métaboliques (ex : acidose)
  3. Vérifier votre installation de traite : vide, manchons…
  4. Adapter les pratiques de traites au diagnostic réalisé
  5. Pratiquer un tarissement à la carte
  6. Réformer les animaux à problèmes récurrents

 

Origine de la mammite : quatre critères à étudier

Nous avons déterminé quatre critères majeurs pour évaluer le profil et l’origine des mammites :

  • Taux cellulaires moyens des 6-12 derniers mois (< 200 000 cell/mL)
  • Nombre de mammites cliniques sur les 12 derniers mois (<25 %) Taux de guérion au tarrissement (>70 %)
  • Taux de nouvelles infections au tarissement (< 10%)

Critères que vous retrouverez dans notre grille d’audit sur les mammites, intégrée à notre logiciel Neopro. N’hésitez pas à vous rapprocher de votre commercial Neolait pour plus d’informations

Partager sur :